Trois états de conscience

photo credit: Michael Matti via photopin cc

photo credit: Michael Matti via photopin cc

Nous avons trois états de conscience distincts qui contrôlent différentes choses. Parfois, ils ont de la peine à communiquer entre eux. Il s’agit du conscient, du subconscient et de l’inconscient. Il est très important de comprendre notre esprit afin de comprendre l’hypnose.

L’inconscient fait deux choses : Il renforce ou affaiblit notre système immunitaire et dirige les fonctions automatiques de notre corps (battement de cœur, clignement des yeux, etc.). Nous n’avons pas un contrôle conscient sur ces réactions physiques.

Le conscient est la partie dont nous nous occupons en général. Mais le conscient ne peut faire que quatre choses.

Sa première fonction est de penser, d’analyser les problèmes et essayer de trouver des solutions au quotidien. Une de ses fonctions est de prendre des décisions tout au long de la journée. Par exemple « Est-ce que je vais regarder la télé ? ». Même si nous pensons qu’il s’agit d’automatisme, nous devons décider si nous allons le faire ou non et à quel moment.

La deuxième fonction est la fonction rationnelle de notre conscient, celle qui explique pourquoi nous nous comportons d’une manière particulière. Le problème est que le raisonnement rationnel ne nous indique pas la véritable raison de nos comportements. Par exemple, beaucoup de fumeurs disent qu’ils fument car ça leur donne une sensation de calme et de détente. Les explications de notre comportement par la partie rationnelle de notre esprit ne sont jamais justes. Généralement, les fumeurs commencent parce qu’il ont besoin de sécurité. C’est un besoin de base que l’on reçoit auprès de nos parents et notre famille. En étant adolescents, le besoin de sécurité s’étend à d’autres secteurs, en voulant faire partie d’un groupe par exemple. Certains trouvent la sécurité dans le tabagisme, d’autre non. Donc l’explication d’un fumeur vient de son conscient mais ne correspond pas à la réalité.

La troisième occupation du conscient s’appelle la volonté. Pour en revenir à l’exemple du fumeur, vous en avez certainement déjà entendu dire « C’est la dernière que je fume » et nous savons tous combien de temps cela dure. Pareil pour un régime. La volonté dure aussi longtemps que nous sommes encouragé à tenir, car le conscient à une capacité très limité.

La dernière fonction de notre conscient est la mémoire courte ou mémoire active qui nous fait fonctionner dans notre vie quotidienne. C’est cette mémoire qui nous guide dans notre journée.

Le subconscient est, contrairement au conscient, très puissant. C’est la partie de la vraie personnalité. Les habitudes, comportement et personnalité qui se développent lorsqu’on grandit. La modification de ces habitudes sont difficiles car nous résistons à la modification de nos habitudes.

Le travail du subconscient est de souligner et de programmer le type de personne que nous somme suite aux expériences de vie.

Le subconscient ne connaît pas la différence entre la réalité et l’imagination. Donc, si une personne imagine être gros, mince, fumeur, non-fumeur, un échec, un succès ou quoi que ce soit, le subconscient ajoute ces informations, qu’elles soient vraies ou fausses et les enregistre, comme dans un disque dur d’ordinateur.

D’ailleurs le subconscient enregistre absolument tout. Chaque mouvement, chaque souvenir, chaque goût ou odeur. A l’âge de trente ans, on a accumulé en moyenne trois billions de souvenirs, la plupart bloqués par le conscient. L’hypnose a accès au subconscient et peut donc voyager dans le temps en accédant à ce disque dur. Par exemple, grâce à l’hypnose, nous pouvons revivre notre tout premier anniversaire. Pas comme un souvenir ordinaire, mais en le revivant réellement. On peut revoir le cadeau et même l’emballage, entendre les conversations très clairement.

On oubli uniquement au niveau conscient, jamais au niveau du subconscient, à moins d’avoir endommagé une partie de notre cerveau.

L’autre faculté de notre subconscient est faite d’émotions. Nous ne pouvons et ne voulons pas vivre sans, même si parfois elles nous apportent des soucis. Le conscient ne peut pas traiter les émotions, il laisse donc cette partie au subconscient. Une fois que la situation émotive est terminée, notre conscient analytique succède au subconscient. Par exemple, ça vous est déjà arrivé de vous dire « Pourquoi j’ai dit cela, j’ai intimidé l’autre personne ? » et à ce moment, vous entendez votre subconscient rire et dire « C’était bien amusant ! ».

La quatrième faculté de notre subconscient est la partie protectrice. Le subconscient nous protège contre les dangers, qu’ils soient vrais ou imaginés. Encore une fois, le subconscient ne fait pas la différence entre ce qui est réel et ce qui ne l’est pas. Donc il nous protège contre les dangers perçus, imaginés ou réels. Par exemple, même si les araignées qui vivent en Suisse ne sont pas dangereuses, certaines personnes en ont une peur bleue. D’une façon ou d’une autre, le subconscient les perçoit comme dangereuses et « protège » la personne en faisant en sorte que le cœur accélère pour la préparer à se sauver face au danger.

La dernière faculté de notre subconscient est la partie la plus paresseuse de nous-même. Il déteste travailler et donc il n’acceptera pas les suggestions de changement. Il aime garder les choses tel qu’elles sont. Par exemple, pourquoi est-ce qu’on marcherait si on pouvait simplement s’asseoir ? Les suggestions positives sont plus difficiles à faire entrer dans le subconscient alors que les suggestions négatives y entre comme un couteau chaud coupe du beurre, parce qu’il n’y a pas de travail à faire en acceptant des suggestions négative.

Imaginez, une personne obèse sort de la douche et se regarde dans le miroir en se disant « Mon Dieu, comme je suis gros ! ». Le subconscient va alors comparer cette pensé aux expériences précédentes et dira « Oui ! Cela correspond à la perception de toi et l’information que j’ai programmée ! ». La personne renforce cette idée et devient encore plus lourde. Si la même personne, en se regardant dans le miroir se disait « Je suis beau, fort, musclé et mince », le subconscient, en faisant la comparaison avec les expériences précédentes dira « Non ! Ca ne correspond pas à la programmation ! » et refusera d’en faire une réalité.

Alors comment faire pour que les suggestions positives entre dans notre subconscient ? Car il est important de comprendre que si une idée ou un concept entre dans le subconscient, il doit se produire. Si la programmation est changée, le subconscient doit y répondre.

Un excellent moyen pour faire entrer les suggestions dans le subconscient, est l’hypnose car il permet de contourner l’esprit critique qui force notre conscient à intervenir négativement. L’esprit critique est comme le gardien d’une porte que l’on doit occuper avec autre chose pour « détourner » son attention. Pendant l’hypnose, le conscient et l’esprit critique sont comme envoyé en vacance dans un endroit très agréable où ils ne veulent pas être dérangé.

Comme je l’ai dit plus haut, c’est le subconscient qui nous protège des dangers, l’hypnotiseur n’a donc pas un contrôle totale et l’hypnose n’est pas un état de sommeil.

L’hypnose est la suspension temporaire de l’esprit critique et l’établissement de l’acceptation de la pensé sélective.

 

Si vous avez des questions ou souhaitez fixer un rendez-vous, n’hésitez pas à me contacter au 079 935 66 31 ou par mail à l’adresse info@melhypno.ch.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire