J’ai peur d’un événement à venir, combien de temps à l’avance faut-il s’y prendre ?

photo credit: Sari Montag Deadlline einhalten! via photopin (license)

On me pose souvent la fameuse question « combien de séances faut-il ? », mais on oublie facilement un facteur assez crucial : le temps à prévoir avant un événement important qui nous inquiète.

Certaines personnes attendent le dernier moment (parfois quelques jours) avant un événement important, comme par exemple un examen, pour prendre un rendez-vous. Même si fondamentalement cela peut suffire, j’en ai déjà fait l’expérience, j’aurais tendance à suggérer de s’y prendre assez tôt. Typiquement, un examen de fin de semestre ne nous tombe pas dessus par hasard. On sait bien assez tôt où et quand il aura lieu.

Combien de personnes m’appelle car elles doivent prendre l’avion d’ici une semaine alors que rien que d’y penser elles en ont la boule au ventre et envisagent carrément d’annuler leurs vacances ?

Pourquoi attendre le dernier moment pour réagir ?

En général, nous avons tendance à essayer de rationaliser et de nous raisonner.

Une partie de nous espère qu’en ignorant la peur, le stress et les angoisses, en les mettant de côté et en faisant comme si de rien, elles disparaîtront comme par magie. On ne va pas se laisser faire quand même, si ? Admettre qu’on a besoin d’un petit coup de main serait-il un acte de faiblesse ?

Notre entourage, pas toujours très compréhensif, ne comprend pas forcément le problème, ne le prend pas au sérieux, se moque ou pire nous culpabilise (volontairement ou non). Du coup, difficile d’assumer et de se lancer.

La peur, simplement, d’affronter le problème. Parce que le simple fait d’y penser est déjà trop. Prendre un rendez-vous chez un hypnothérapeute (ou autre) c’est comme vivre la situation pour de vrai. Par exemple, j’ai longtemps vécu avec la phobie des aiguilles. Prises de sang, vaccins, etc. Rien que d’en parler mon corps tout entier tremblait, je transpirais et je n’avais envie que d’une chose : partir en courant. Hors de question d’aller volontairement chez quelqu’un spécialement pour ça. Je préférais nettement vivre dans le déni en redoutant chaque rendez-vous chez le médecin quitte à ne pas y aller sauf en cas de mort imminente (j’exagère à peine).

Il existe mille et une raisons qui font qu’on repousse le moment de se prendre en main et d’affronter nos peurs.

Du coup, on s’y prend quand ?

L’hypnose est une thérapie brève, pas besoin de sur anticiper et de s’y prendre un siècle à l’avance. Mais prévoir suffisamment de temps avant l’événement tant redouté enlève l’urgence et la pression qu’il y a à régler le problème.

Il y a un souci de crédibilité qui entre en jeu. Lorsqu’on a tellement peur de quelque chose, on a tendance à s’auto-suggérer (à travers nos expériences, nos croyances, etc.) que ça ne peut pas aller mieux. Même si on aimerait que ce soit le cas. Une partie de nous croit que c’est la seule réalité possible, la seule façon de vivre : « à chaque fois c’est la même chose ». Se convaincre (ou se faire convaincre) que tout va bien se passer en un temps record n’est pas si évident. Changer de réalité ne se fait pas vraiment en un claquement de doigt.

Un autre risque lorsqu’on s’y prendre trop tard est de ne pas avoir de rendez-vous à temps. Selon les périodes ou l’agenda du thérapeute, il y a un certain temps d’attente. Ça peut poser soucis. C’est un point qu’il faut prendre en compte. 😉

Personnellement, je dirais que commencer les séances 4-5 semaines avant un événement important est raisonnable. Cela vous laissera le temps de faire quelques séances si besoin, apprendre des techniques d’auto-hypnose, vous rassurer, comprendre d’où vient le problème, etc. Mieux vaut s’y prendre tôt. Lorsque le travail est bien fait, les résultats tiennent dans le temps.

Cela dit, s’il y a vraiment urgence, cela vaut toujours la peine d’essayer au dernier moment. C’est mieux que rien et on n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise.

Alors n’hésitez pas à vous lancer et vous donner une chance de bien vivre les événements à venir. Vous avez tout à y gagner.

S’inscrire à la newsletter